BANFF EN HIVER - 8 activités à faire absolument

Dernière mise à jour : 18 nov.


Vous le savez, on a passé quelques semaines dans les Rocheuses en novembre et décembre derniers. Un séjour qui nous a fait énormément de bien après nos longs mois de sédentarité. C’était la première fois qu’on sortait du Québec depuis notre retour précipité du Mexique au début de la pandémie. Pour des nomades à temps plein comme nous, qui produisent du contenu vidéo sur les voyages en VR, disons que le confinement a été quelque chose comme une longue et pénible traversée du désert.


PRÊTS pour la route à Banff

Et quelle magnifique récompense que cette escapade dans les Rocheuses! On a tout simplement adoré, et ce, même si on était un peu hors saison : la douceur de l’automne était derrière nous et la neige, pas encore très épaisse… sauf vers la fin de notre voyage, dans les jours qui ont précédé une formidable journée de ski à Lake Louise.


Durant ce road trip, on a fait plusieurs régions. On est allés en Colombie-Britannique faire une tournée des vignobles de la vallée de l’Okanagan et on a aussi passé un peu de temps dans le secteur de Jasper où on a expérimenté notre nouvel équipement de ski de randonnée alpine — split board dans mon cas — et ça, on peut dire que ç’a été une journée épique!



Pour cet article, je ne vous parle donc que des activités qu’on a faites dans le secteur de Banff. On était installés au camping Tunnel Mountain Campground II — ouvert à l’année — avec l’unité 1 du LOKI Basecamp qu’on voulait tester en conditions hivernales.


Banff Gondola


On commence tranquillement avec cette activité assez courte — quoiqu’un peu dispendieuse (62$ par adulte) — et très accessible, même pour les gens à mobilité réduite ou les familles avec des enfants en bas âge.


En auto, la gondole se trouve à 10 minutes du centre-ville de Banff. Pas besoin de prendre la Transcanadienne. On suit Banff Avenue vers le sud, on traverse le pont sur la rivière Bow et on suit les indications vers Sulphur Mountain. C’est tout au bout de Mountain Avenue, on ne peut pas se tromper.



La montée en gondole dure 8 minutes. Au fur et à mesure qu’on s’élève, on peut déjà admirer de très beaux points de vue sur la vallée et les montagnes. En haut, on est au sommet de Sulphur Mountain, à 2 281 mètres au-dessus du niveau de la mer. Le panorama est à couper le souffle.


Il avait neigé le jour avant notre visite et ça donnait un paysage de cartes postales : il y avait une épaisse couche de neige fraîche et tout ce blanc brillait sur le sol et les sapins surchargés. La lumière, parfaite, participait à ce beau spectacle en faisant ressortir le relief des montagnes avec leurs sommets éclatants. J’étais fasciné, aussi, par l’étrange morphologie du roc sur certaines montagnes, comme s’il avait été déposé là en couches, comme les étages d’une invraisemblable pyramide naturelle.



C’était vraiment très beau. On est passés d’un belvédère à l’autre en appréciant chaque minute avant de redescendre, car on avait un horaire un peu chargé ce jour-là. Mais pour ceux que ça intéresse, sachez qu’il y a deux restaurants dans le pavillon du sommet. Il y a aussi un « sentier » le long d’une espèce de boardwalk qui mène à un sommet voisin, mais qu’on n’a pas pu faire, parce qu’il n’était pas déneigé.


Il est également possible de monter à pied en empruntant le « Sulfur Mountain Trail » qui débute à côté du stationnement de la Banff Gondola. C’est un tracé en zigzag de 10 km catégorisé « facile à intermédiaire ». En moyenne, il faut une à deux heures pour l’ascension et assurément moins pour la descente. Une activité parfaite pour quelques heures.


Banff Upper Hotsprings


Sur Mountain Avenue, juste avant d’arriver à la gondole, on passe devant les Banff Upper Hotsprings, les bains alimentés par l’eau minérale réchauffée naturellement par l’action géothermique à 3 kilomètres sous la croûte terrestre. C’est le combo parfait avec la montée du Sulfur Mountain Trail. Travailler fort sur le sentier pour relaxer ensuite dans les piscines d’eau chaude et relaxante…



Les spas nordiques, c’est mon genre d’activités. Un peu moins celle de Vale, parce que ma blonde est très frileuse et un peu rébarbative quand vient le temps de se tremper dans l’eau des piscines publiques. Selon elle, quand l’eau n’est pas clairement douteuse, elle est trop chlorée. C’est donc un choix entre infection ou peau sèche. Mais pas au Banff Upper Hotsprings, car les installations sont impeccables. Vale a adoré ça autant que moi.


Et on n’est jamais vraiment dehors, on pénètre dans les bassins au bout de petits corridors protégés. Les bassins ne sont pas naturels — ce sont des piscines en fait — mais l’expérience en vaut la peine : on relaxe dans l’eau chaude au milieu du paysage enveloppant des montagnes. Considérant le petit tarif à l’entrée (12$ par personne), c’est assurément une activité que je recommande. Donc, même si vous allez à Banff en hiver, n’oubliez pas vos maillots!


Randonnée à Johnston Canyon


Pour cette activité, on s’éloigne un peu du village de Banff. On prend la Transcanadienne et la route 1A vers le nord-ouest et on arrive, 25 kilomètres plus loin, au stationnement de départ de ce magnifique canyon sculpté dans la roche sédimentaire par le ruisseau Johnston.


Il y a deux arrêts principaux, deux sites de rupture dans le roc qui ont créé des chutes spectaculaires. Le premier site d’observation, « Lower Falls », est au bout d’une petite marche tranquille, à 1,3 km du stationnement. Le sentier en tant que tel est hyper bien aménagé. Il est large et protégé d’un garde-corps dans les sections où il longe la paroi rocheuse vers le fond du canyon. Même si on a hâte d’arriver aux chutes, c’est beau tout le long, le ruisseau est peu profond et rempli de roches qui le teintent de turquoise et de vert. L’eau est vive par endroit et ça fait une belle musique de fond. Le sentier monte et descend le long du canyon, c’est magnifique.


Quand on arrive aux « Lower Falls », c’est encore plus beau : le ruisseau dévale la paroi rocheuse et tombe, 40 mètres plus bas, dans une grande piscine naturelle. On peut observer la chute à partir d’une plateforme au bas de la chute, du petit pont qui enjambe le ruisseau ou encore d’une autre plateforme au bout d’un sentier creusé à travers le roc. De là, on a un autre angle de vue, plus proche de la chute et du bassin d’eau.



L’autre site d’observation, celui des « Upper Falls » est un peu plus loin. Il faut parcourir un autre 1,3 kilomètre le long d’un sentier un peu plus glacé et exigeant. On a même dû mettre nos crampons. Plus on avance, plus on s’élève au-dessus du canyon et plus les vues se dégagent sur les forêts denses et les montagnes qui nous entourent.


L’hiver, les « Upper Falls » gèlent, ce qui façonne un paysage unique : de longues stalactites de glace partout sur la paroi avec, ici et là, des petites fentes où l’on voit — et entend— l’eau s’écouler avec fureur. C’est vraiment tout un spectacle qui vaut le kilomètre supplémentaire. J’ai même lu qu’à partir de janvier, quand la cascade est complètement gelée, on peut l’escalader!


Randonnée du Lac Minnewanka


Voilà une autre belle randonnée à faire tout près de Banff. Le lac Minnewanka est un très grand plan d’eau alpin à seulement 5 km du village. Il s’étend sur 21 kilomètres et il est très profond, jusqu’à 142 mètres. Il faut dire que son niveau a été rehaussé deux fois avec la construction de deux barrages, l’un en 1912 et l’autre en 1941, ce qui a ennoyé une partie de la vallée. J’ai d’ailleurs lu que l’ancien village touristique de Minnewanka Landing a été englouti à cause du deuxième barrage. L’été, les amateurs de plongée sous-marine peuvent aller explorer ces vestiges au fond du lac.



Le sentier est aménagé du côté nord du lac. La randonnée peut être très longue ou très courte. C’est un parcours allez-retour alors on peut choisir d’aller jusqu’au bout du sentier de 23 kilomètres jusqu’au lac Ghost, ou s’arrêter et faire demi-tour quand bon nous semble.


Cette randonnée en a beaucoup à offrir. Dès le départ, le panorama est magnifique, parmi les plus beaux que j’ai vus de ma vie : le contraste entre le bleu du lac, le vert sombre de la forêt, le gris perle du roc et les montagnes blanches de neige, c’est de la poésie pour les yeux. On marche sur un sentier large et hyper bien aménagé. C’est facile, il n’y a à peu près aucune dénivellation. Le sentier alterne entre le roc dénudé du rivage et des sections qui pénètrent un peu plus profondément dans la forêt de conifères.



Après deux kilomètres, on rencontre un autre sentier qui longe le canyon Stewart, un très beau ruisseau d’eau turquoise au fond de sa vallée creusée dans le roc. On a adoré, c’était une randonnée peu « transpirante », mais très inspirante. Les chiens sont admis sur ce sentier alors Snoopy, notre chien d’hiver, nous accompagnait pour ce bel après-midi de grand air, de tranquillité et de beauté.


En décembre, quand le lac Minnewanka gèle avant les grosses chutes de neige, il se transforme en patinoire de la mort. Le genre de patinoire naturelle entourée de montagnes dont je rêve depuis que je suis petit. Pour ceux qui ne le savent pas, j’ai commencé très tôt à patiner et j’ai joué au hockey longtemps — jusqu’au midget AAA.


Malheureusement, lors de notre passage, le lac Minnewanka n’était pas glacé. Je n’ai pas pu réaliser mon rêve de patiner sur la glace-miroir d’un lac alpin. Mais j’ai quand même patiné dans un décor de montagnes, sur le lac Johnson. C’était un peu moins parfait que dans mon rêve, mais ça m’a tout de même comblé et permis de cocher cette case de ma bucket list.





Lake Louise Ski Resort


Notre escapade d’hiver n’aurait pas été complète sans quelques descentes en ski. Dans la région de Banff, il y a trois grosses stations : Banff Sunshine, Mt Norquay et Lake Louise Ski Resort. On avait reçu une grosse bordée de neige le jour avant notre sortie. Tellement, que la route vers la station Sunshine — à côté du village de Banff — était fermée à cause des risques d’avalanche. On a donc opté pour Lake Louise, à environ 60 kilomètres au nord.



C’est une grosse montagne de ski, l’une des plus importantes en Amérique du Nord : 991 mètres de dénivelé entre la base et le sommet, 160 pistes — dont une qui fait 8 km! — et 10 remontées mécaniques dont une gondole qu’on a pris jusqu’au sommet. Les vues étaient époustouflantes.


Le panorama est d’ailleurs incroyable partout, pas seulement dans la gondole. Et comme les pistes sont aménagées sur les 4 faces de la montagne, il y a beaucoup de points de vue.



On avait acheté un billet de deux heures, car on était en fin de journée. Croyez-le ou non, on a fait seulement deux descentes, et pas à cause de l’attente pour les remontées, à cause de la longueur des pentes! On descend pendant 20 à 30 minutes, c’est capotant. Ç’a été, de loin, notre meilleure expérience de ski à vie. Les conditions étaient exceptionnelles : de la poudreuse partout, aucune plaque de glace et des vues, des vues à faire rêver.


Randonnée à Lake Louise


En hiver, il y a autre chose à faire que le ski dans le secteur de Lake Louise : la randonnée en montagne. Le site de Alltrails répertorie une dizaine de sentiers. On a décidé de faire la mieux cotée : Lake Agnes Trail, un parcours d’un peu plus de 7 km à partir du stationnement de l’hôtel Fairmount jusqu’à un petit café, le Lake Agnes Tea House, d’où on peut admirer la vallée, le lac Louise et un deuxième lac alpin en savourant un breuvage chaud.



Il faut dire ici que ce n’est pas le meilleur sentier à faire en hiver, car le Tea House est fermé et le lac alpin est gelé et recouvert de neige. On s’en est rendu compte une fois sur place. On était déçus, mais pas découragés. Sur le chemin du retour, il y avait un embranchement vers un autre sentier, le Big Beehive. On l’a pris! Ça nous ajoutait une dizaine de kilomètres… et un immense dénivelé. Une grosse séance cardio à travers la forêt, crampons aux pieds et étoiles dans les yeux : là encore, le décor était magnifique.



On est arrivés au sommet à la toute fin de l’après-midi, juste à temps pour prendre quelques photos avant la noirceur. On a donc dû retourner vers la vallée dans le noir le plus complet. Une expérience un peu spéciale que je ne recommande pas (à moins d’avoir une lampe frontale dans son sac à dos!).


Centre-ville de Banff


La petite ville de Banff en a aussi beaucoup à offrir, surtout si on aime magasiner et bien manger. Il y a évidemment beaucoup de magasins d’articles et de vêtements de sport, des boutiques de cadeaux et des galeries d’art. C’est très agréable de déambuler le long de Banff Avenue avec son architecture typique de l’Ouest : beaucoup de pierre et de bois, des couleurs naturelles et harmonieuses avec un petit look montagnard.



On a essayé trois restaurants. Trois excellents choix! Le premier, c’était dans les premiers jours de notre séjour. On marchait sur Banff Avenue avec les chiens sur l’heure du souper et on s’est arrêtés au Eddie Burger Bar pour une commande pour emporter. On a mangé nos burgers haut de gamme dans le campeur stationné à deux pas de là. C’était excellent! Viande de wapiti, oignons confits, chutney de bleuets… vous voyez le genre. Un délice.



Le deuxième souper a été gargantuesque. C’était au Grizzly House, un restaurant spécialisé en fondues que nos abonnés nous avaient chaudement recommandé. Un peu dispendieux, mais qui en vaut la peine. La preuve : le restaurant est tellement populaire que, même si on était un lundi en basse saison, on n’a pas pu avoir de place avant 21h! On a pris le repas 4 services. Ça veut dire une entrée de salade ou soupe et 3 fondues : fromage, bourguignonne et chocolat. Et comme on a terminé la fondue au fromage en entier — incluant la croûte croustillante du fond — on était déjà presque « pleins » avant la fondue bourguignonne. On avait choisi des combos terre et mer : bœuf et homard pour moi et bœuf et crevettes pour Vale. Ouf! On s’est quand même rendus au dessert parce que c’était vraiment trop bon. Quelle expérience gustative! On a roulé jusqu’au LOKI et dormi comme des bûches.



Le troisième restaurant, The Prow, est situé dans l’hôtel Buffalo Mountain Lodge à côté du Tunnel Village Campground. C’est l’un des restaurants les mieux cotés de Banff avec une ambiance comme on les aime, style « Yellowstone » avec des poutres de bois et des éléments de décor rustique-chic. On y est allés très tôt, donc il n’y avait presque personne et on a eu droit à un service hyper attentionné. Leur menu réunit tout ce qu’on adore : des cocktails créatifs, des bières locales, des produits du terroir, des viandes sauvages et des tapas réinventées. On a entre autres mangé des frites Okonomiyaki — des frites avec une mayonnaise piquante-asiatique — des tacos au bison et du poulet mariné au vin de marsala sur un lit de patates grelots, kale et pancetta. Et le dessert, le moment préféré de Vale : des profiteroles décadentes. Muy bien.


J’espère que ce petit voyage à Banff vous a plu. Si vous êtes restés sur votre faim, allez visionner ces capsules de notre chaîne YouTube. Les sorties à la Banff Gondola, la randonnée dans Johnston Canyon et le repas au Grizzly House dans cette vidéo. La randonnée du lac Minnewanka ici et la formidable séance de ski de Lake Louise par là.


Bon visionnement!


Vous aimez nos articles et aimeriez nous supporter et nous aider à vous en offrir encore plus? Joignez la famille PRÊTS pour la route! Pour seulement quelques $ par mois, vous aurez accès à nos épisodes à l’avance, nos guides vidéo ainsi que nos Facebook Lives privés dans lesquels on jase avec vous de nos projets et on réponds à toutes vos questions pour vous aider à planifier vos prochaines aventures! Au plaisir de vous y retrouver! Cliquez ici pour vous joindre!

562 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout