Faire le bon choix de VR - pour vivre à temps plein ou pour un long voyage

Mis à jour : févr. 1


Les gens qui vivent à temps plein sur la route et ceux qui aiment les longs road trips changent fréquemment de véhicule récréatif (VR). Ça s’explique facilement : un nouveau membre de la famille s’ajoute (ou quitte le nid!), les goûts en matière de voyage se transforment, les champs d’intérêt et les besoins évoluent. Il y a donc de fortes chances que, même si vous adorez votre caravane ou votre motorisé à l’heure actuelle, vous allez sentir le besoin de le changer éventuellement. Si vous êtes sur le point de commencer à magasiner, ou si vous pensez devenir des « full timers » comme nous, cet article va vous intéresser.


Le coût de possession : c’est ce qui compte vraiment


Trop de gens ont tendance à ne considérer que le prix de vente du véhicule ou encore le montant du paiement mensuel. Ils veulent être raisonnables et acheter quelque chose de modeste, surtout si c’est un premier VR.


Le prix d’achat n’est malheureusement pas l’élément le plus important. Ce qui compte vraiment, c’est le coût de possession, c’est-à-dire la différence entre le montant payé lors de l’acquisition et le prix obtenu au moment de la revente, quelques années plus tard. Ça inclut les frais d’entretien et/ou de réparation du VR durant la période d’utilisation.


Une caravane de qualité payée très cher peut, en fin de compte, avoir un coût de possession très similaire au coût de possession d'une caravane de bas de gamme :


Certaines caravanes donnent l’impression d’en offrir beaucoup pour le prix. Mais attention, c’est presque toujours parce qu’elles sont construites avec des matériaux de moindre qualité. Pour ce genre de roulottes, la dévaluation est très rapide. Et elles ont souvent des problèmes, même dans les premières années : infiltration d’eau, matelas et coussins défoncés, murs déformés, armoires et portes qui ne ferment plus, etc. Pour le même coût de possession ou presque, vous pourriez profiter d'un véhicule de plus grande qualité, plus luxueux et confortable.


De notre côté, notre dernière caravane (la Airstream Globetrotter) était construite toute en aluminium avec des composantes de qualité. Ça nous aura permis de la revendre après quelques années sans perdre trop d'argent. Voici une vidéo qui vous présente notre caravane:



Comment réussir à avoir le coût de possession le plus bas possible


1. Vérifiez la valeur de revente du modèle que vous envisagez acheter sur les sites internet comme Kijiji, RV Trader, AutoHebdo, TrouveTonVR ou NADA. Cherchez le même modèle, mais trois à cinq ans plus vieux. Ça vous donnera une bonne indication de la dévaluation moyenne.


2. Assurez-vous de la rareté du modèle. S’il y a des centaines de roulottes comme la vôtre à vendre sur ces sites, ce sera plus long avant de trouver un acheteur et vous n’obtiendrez probablement pas le meilleur prix. Les perles rares, surtout si elles sont de qualité, sont toujours plus faciles à vendre.


3. Essayez de profiter du taux de change. Quand c’est possible, achetez votre VR pendant que la valeur du dollar canadien est proche de celle du dollar américain. La plupart des VR et presque tous les équipements / accessoires sont fabriqués aux États-Unis. Alors si vous achetez votre roulotte quand le dollar canadien est fort et que vous le vendez quand il est faible, vous pourriez obtenir un prix très proche du montant que vous avez payé initialement, car le prix du même modèle, neuf, aura grimpé depuis votre achat.


4. La dévaluation prend une importance encore plus grande quand il est question de VR motorisés. Dans ce cas, il faut absolument considérer le kilométrage qu’on pense faire annuellement parce que le chiffre inscrit à l’odomètre est le principal intrant dans le calcul de la valeur du véhicule. Si, comme nous, vous envisagez faire entre 50 000 et 60 000 kilomètres par an, une van classe B pourrait vous coûter jusqu’à 70 000 $ en frais de possession pour 5 ans (achetée à 140K$, vendue à 70K$).


5. Enfin, plus le VR est gros, lourd et peu aérodynamique, plus il coûtera cher en carburant. C’est un poste de dépenses qui peut faire toute la différence quand les prix de l’essence ou du diésel grimpent.


Un modèle de VR adapté à votre type de voyages

Après le coût de possession, l’élément le plus important à considérer lorsque vient le temps d’acheter un nouveau VR, c’est le type de voyages que vous avez envie de faire. Si vous voulez sortir des sentiers battus, vous rendre au Mexique, camper dans les parcs nationaux et faire un peu de « boondocking » à travers ça, un VR de classe B ou une caravane portée seraient sans doute de bons choix.


Boondocking est un mot de l’anglais américain qui vient de « boondocks », un terme du langage familier voulant dire un endroit très reculé. Le terme boondocking est utilisé par la communauté des campeurs pour exprimer le fait de vivre de façon autonome sans être branché aux services comme l’eau et l’électricité.

Si vous êtes du genre à faire du Québec – Floride ou du Québec Californie, à rouler sur les grandes autoroutes jusqu’à destination et demeurer là-bas de façon stationnaire pendant 3 ou 4 mois, vous pouvez opter pour des véhicules plus longs et plus lourds. Vous n’aurez pas non plus à investir pour des panneaux solaires ou de grands réservoirs, car vous bénéficierez probablement des trois services (eau, électricité et égouts) une fois sur place.



Le mode de vie nomade en véhicule récréatif vous intéresse? Vous êtes sur le point de faire le grand saut? Nous avons créé un guide vidéo complet dans lequel on vous partage notre expérience de vie à temps plein dans notre caravane depuis les 4 dernières années.


Ce guide comprend 7 vidéos et plus de 8h de contenu axé sur la vie nomade.

-Le choix du véhicule idéal -La planification d'un long voyage -Lancer un blogue et générer des revenus sur la route -Comment avoir internet sur la route (forfaits, appareils et antennes) -Le boondocking (nos trucs pour dénicher des emplacements et l'équipement requis) -Le budget (ça coûte combien vivre à temps plein sur la route?) -Les destinations


On vous offre plus qu'un guide, mais aussi un service efficace pour répondre à vos questions suite au visionnement de celui-ci! Pour vous le procurer, cliquez ici! Utilisez le code nomade15 pour obtenir 15% de rabais.



Peu importe où vous vous situez dans l’échelle des types de voyage, je vous recommande de regarder trois éléments avant d’effectuer votre achat :


1. La hauteur de la garde au sol et la position des éléments techniques installés sous le ventre de votre VR. Une caravane avec une garde au sol basse aura une bonne tenue de route, mais passera difficilement à travers les routes endommagées comme celles du Mexique ou de l'Alaska. Ceux qui suivent nos aventures savent de quoi je parle! Aussi, si les tuyaux, le filage ou les embouts des réservoirs sont mal positionnés, ils peuvent être endommagés en sortant d’un stationnement, en passant sur un dos-d’âne ou en accrochant un débris sur la route.


Nids de poules en Alaska

2. Si vous prévoyez faire de longs road trips, la tenue de route et le confort de roulement prendront toute leur importance. Un motorisé de classe A avec le moteur positionné à l’arrière (diesel pusher) sera plus silencieux et vibrera beaucoup moins qu’un modèle avec le moteur à l’avant ou sous les sièges : à longueur de journée, la chaleur, le bruit et les vibrations finiront par vous fatiguer. Une roulotte de moindre qualité aura tendance à être moins stable à haute vitesse, à prendre dans le vent et à louvoyer. Ce n’est pas agréable de conduire avec ce stress constant, ça peut même carrément devenir dangereux.


3. La longueur du VR et le nombre d’essieux sont d’autres éléments sous-estimés. Si vous voyagez en « slow travel », ou si vous êtes stationnaires pour de longues périodes, une longue caravane ne sera pas problématique. Par contre, si vous bougez souvent, si vous voulez camper dans les parcs nationaux, dans les campings de la SEPAQ ou dans les emplacements offerts avec les associations comme Terego ou Harvest Host, pensez « petit ». Par exemple, si je me souviens bien, les VR de plus de 27 pieds ne sont souvent pas admis dans les parcs nationaux et les parcs d'états américains ou bien les emplacements plus grands sont difficiles à dénicher. On peut avoir de mauvaises surprises! Et si vous faites de longs voyages, vous aurez sans doute à prendre des traversiers et à franchir une multitude de postes de péage. Sachez que le nombre d’essieux et la longueur de votre VR comptent dans le prix du passage.


Un des plus beau State Park de la Floride, Bahia Honda

En terminant, j’aimerais donner 6 conseils particuliers à ceux qui prévoient vivre à temps plein sur la route et qui n’ont pas encore fait leur choix de véhicule.


La première chose à privilégier au moment de l’achat, c’est la qualité des matériaux. Pour la valeur de revente, oui, mais aussi parce que votre VR subira un tremblement de terre à chaque minute qu’il passera sur la route! Il y aura toujours des petites choses qui s’abîmeront, comme les équipements intérieurs, le filage, les robinets, les petites moulures, etc. Ce qui importe, c’est que les éléments fondamentaux soient le plus solide possible : le châssis, en aluminium plutôt qu’en bois, une bonne suspension, un bon degré d’isolation (un élément crucial pour les semaines froides d’entre-saison) et un moteur fiable dans le cas des motorisés.


Ensuite, demandez-vous quels sont vos éléments essentiels, les choses de base dont vous ne pourriez pas vous passer. Ça peut être une salle de bain avec la douche à part, un lit permanent et/ou décollé des murs, une grande table pour asseoir quatre personnes, un endroit pour travailler, etc. Faites la liste des choses qui constituent votre base minimale. Choisissez ensuite le plus petit modèle qui répond à ces critères. Ainsi, vous optimiserez le confort et l’agilité. Ne sous-estimez pas l’importance de la longueur d’un VR quand vient le temps de le stationner ou de le manœuvrer en plein centre-ville.


Vous pourriez avoir un VR avec toutes les commodités de la maison

Mon troisième conseil serait de vérifier la taille des réservoirs. Il faut s’assurer qu’il y a un équilibre entre l’eau fraîche, l’eau grise (celle des renvois des lavabos et de la douche) et l’eau noire (toilette). Il n’y a pas vraiment de standards et certains manufacturiers passent un peu trop vite sur cet aspect-là. Ma recommandation pour ceux qui veulent faire beaucoup de boondocking est celle-ci : favorisez les modèles avec un grand réservoir d’eau grise. C’est ce qui se remplit le plus rapidement. Une douche, même « militaire », utilise beaucoup d’eau et il y a la vaisselle, le lavage des mains, etc. Pour les deux autres réservoirs, on peut se dépanner en utilisant les toilettes du camping ou d’un resto sur la route. On peut aussi apporter de l’eau fraîche dans des réservoirs portables.


La capacité de chargement est un autre élément trop souvent oublié. Vous seriez surpris de connaître le poids de toutes les choses qu’on apporte en voyage : vêtements, équipements de loisir, nourriture, eau, ça monte vite. La marge de manœuvre peut être minime pour certains modèles, surtout pour les caravanes / roulottes avec un seul essieu. Quand l’espace de rangement est abondant, on a tendance à le remplir sans calculer. Et c’est là qu’on peut rencontrer des problèmes de suspension et de sécurité sur la route. Cherchez l’acronyme « CCC » (Cargo Carrying Capacity) sur l’étiquette collée sur le VR. S’il n’y est pas, faites l’opération suivante : GVWR moins Curb Weight ou Wet Weight. Ça vous indiquera le poids de ce que vous pourrez emporter avec vous. Vous seriez surpris d’apprendre que chez certain manufacturiers, vous ne pouvez même pas remplir toutes les armoires disponibles si vous voulez respecter le poids maximal. En excédant le poids maximal, vous vous exposez à des bris mécaniques (essieux, suspension, etc.) en plus d’être dangereux sur la route. Votre garantie ne couvrira pas des bris en lien avec une mauvaise utilisation de votre VR.


Mon cinquième conseil s’adresse surtout à ceux qui travaillent sur la route : pensez ergonomie et espace de travail. Cherchez un modèle qui vous permettra d’avoir une bonne position devant l’ordinateur : une table ajustable en hauteur, des coussins ou un dossier pour supporter le bas du dos, peut-être même la possibilité de pouvoir travailler debout.


Enfin, le dernier conseil, mais non le moindre surtout pour ceux qui vivent à temps plein ou qui partent pour un long voyage, c’est de choisir un modèle qui maximise la fenestration. Il ne faut pas oublier l’importance de la lumière naturelle pour le moral. Et travailler dehors, c’est peut-être « la vie rêvée », mais ce n’est pas l’idéal, croyez-moi. Le soleil dans l’écran, le vent dans vos papiers et les moustiques dans le cou… Et il ne fait pas toujours beau. On peut passer des semaines entières sous les nuages, la pluie ou avec des températures fraiches. Quand on vit à temps plein sur la route, c’est qu’on aime les découvertes et les beaux paysages. Faites-les entrer à l’intérieur!

Vous constaterez rapidement que le VR idéal n’existe pas. Mais si vous identifiez vos besoins et vos « essentiels » avec justesse, si vous ciblez un modèle avec une bonne coquille et des composantes de qualité, dites-vous qu’il sera toujours possible de faire des modifications ou d’y ajouter les accessoires et les équipements qui le rendront parfait… pour vous!


Le choix entre une Van (fourgon aménagé ou camping car) et une Caravane (roulotte) est souvent difficile à prendre. L'été dernier, on a préparé une petite vidéo en collaboration avec Julien de Go-Van pour comparer les deux modes de vie. Ça devrait vous aider à faire un bon choix!


3,614 vues0 commentaire
Alexandre et Valérie de Prêts pour la route

Alexandre et Valérie sont un jeune couple originaire de la belle ville de Québec au Canada. Ils voyagent avec Snoopy et M. Bond (les chiens) en Amérique du Nord à bord d'un pickup et d'une roulotte Airstream.

 

Suivez-nos aventures

© 2021 PRÊTS pour la route - Alexandre et Valérie