LES ASSURANCES POUR VOTRE VR - Tout ce qu'il faut savoir!



Connaissez-vous tous les détails de la couverture d’assurance de votre véhicule récréatif? Les types de couvertures et les avenants offerts par les compagnies d’assurances et les courtiers sont variés et nombreux. Parfois, on s’y perd. Et qu’en est-il des assurances-voyages dans le contexte de la pandémie? Toutes sortes d’informations circulent sur les réseaux sociaux et ça devient difficile de s’y retrouver.


LES ASSURANCES POUR VOTRE VR


On peut penser avoir fait un bon coup avec une couverture minimale – pour les primes très basses — mais qui, au bout du compte, n’est pas du tout adaptée à l’usage qu’on fait de notre VR. On peut aussi renouveler aveuglément le même contrat depuis plusieurs années sans savoir qu’il ne convient plus à nos besoins, parce que notre situation et nos habitudes de voyage ont changé.


Il y a trois choses qui détermineront le type et la « hauteur » de la couverture à prévoir :


  • À quelle fréquence le VR est-il utilisé? Est-ce que vous vivez dedans à temps plein, la moitié de l’année comme les snowbirds, ou faites-vous seulement des petites sorties de week-end? Si vous êtes nomade à temps plein, votre assurance devra s’apparenter à une assurance habitation, et il faudra penser à une couverture suffisamment élevée pour couvrir la valeur de tous vos biens : vos vêtements, ordinateurs et équipements électroniques, articles de sports, etc.


  • Lors de l’utilisation du VR, êtes-vous installé au même endroit, dans un parc à VR ou un terrain de camping saisonnier, ou bougez-vous continuellement? Si vous êtes stationnaire et qu’il y a des équipements sur l’emplacement comme des meubles de jardin, une remise ou un gazebo, vous voudrez les assurer également. Et si vous bougez constamment, il y aura plus de risques de collisions, de pannes et de bris.


  • Où allez-vous? Exclusivement au Québec? Ailleurs au Canada? Aux États-Unis? Ça change beaucoup de choses. Par exemple, si vous avez l’habitude d’aller aux États-Unis, votre couverture de responsabilité civile devra être plus élevée — et vous pourriez avoir besoin d’un avenant pour prévoir des services juridiques en cas de poursuite. Et sachez que votre police d’assurance ne vous couvrira pas du tout au Mexique. Si vous avez l’intention d’aller y passer quelques mois l’hiver prochain, il faudra vous procurer une assurance spécifique achetée chez un courtier autorisé par le gouvernement mexicain. Si vous voulez des détails, allez lire un précédent article de blogue qui parle des choses importantes à savoir pour passer la frontière du Mexique.


À LA BASE : LA RESPONSABILITÉ CIVILE


La Loi sur l’assurance automobile du Québec oblige tous les propriétaires de véhicules récréatifs à détenir une assurance en responsabilité civile. C’est vrai qu’au Québec, la SAAQ couvre les dommages corporels liés à un accident sur la route, et ce, partout dans le monde. Mais il faut savoir qu’on est couvert que si le voyage dure moins de six mois. Il est aussi important de se rappeler que les blessés non québécois ne sont pas dédommagés par la SAAQ.


Il faut donc impérativement obtenir une assurance « responsabilité civile » qui offre une protection globale pour les dommages à autrui, qu’ils soient corporels ou matériels, et qui couvre également les dommages de votre VR lors d’un accident pour lequel vous ne seriez pas responsable. Cette assurance peut aussi couvrir les frais pour des dommages matériels ou corporels non couverts par la SAAQ.


Si vous voyagez seulement au Canada, la plupart des assureurs vous conseilleront d’obtenir une protection de 1 million de dollars. Par contre, si vous avez l’habitude d’aller aux États-Unis, il faudra prévoir au moins 2 millions.


LES PROTECTIONS IMPORTANTES


La couverture pour responsabilité civile couvre tous les dommages à autrui ainsi que les dommages matériels de votre VR à la condition que vous ne soyez pas responsable de l’accident. Il faut donc prévoir une couverture adéquate dans l’éventualité d’un accident « responsable » ainsi que dans celle des délits de fuite. Cette règle s’applique uniquement lors des collisions survenues au Québec. À l’étranger, ça prend une couverture du type chapitre B pour être couvert en tout temps. En bon québécois, Dans le langage populaire, on dit alors que vous êtes assuré des « deux bords ».


En règle générale, il faut se prémunir de deux types de couvertures :


Une protection « Collision et renversement », pour couvrir les dommages matériels causés par un accident de la route (incluant les manœuvres dans les campings, les aires de stationnement, etc.).


Une protection « Accident sans collision ni renversement », qui couvre tous les autres types de dommages, comme le feu, le vol, le vandalisme, la collision avec un animal, les délits de fuite, la grêle, les bris de vitre, etc.


LES PROTECTIONS OPTIONNELLES


C’est avec les avenants que vous pouvez vraiment adapter l’assurance à vos besoins spécifiques : votre VR, votre fréquence d’utilisation, vos types de voyages et vos destinations habituelles. Prenez le temps de bien cibler vos besoins et de mesurer votre tolérance au risque, car bien sûr, rien n’est gratuit. Voici quelques volets optionnels offerts par la plupart des compagnies d’assurances.


  • Assurances tous risques pour les biens meubles et équipements à l’intérieur du VR


La police d’assurance de votre maison couvre probablement les biens que vous emportez lors de vos voyages. Si vous voyagez à temps plein comme nous, prenez l’option de la couverture des biens meubles et équipements avec l’assurance de votre véhicule. Si vous êtes saisonnier, vérifiez que votre contrat couvre aussi les meubles et les accessoires installés sur votre emplacement.



  • Frais de déplacement


Cette option peut s’avérer cruciale si vous voyagez en motorisé ou si vous vous rendez à l’autre bout du continent. Que ferez-vous en cas d’accident ou de bris? Comment reviendrez-vous à la maison si votre véhicule est au garage ou pire, s’il est déclaré perte totale? Ce genre d’avenant peut couvrir une grande liste de frais comme l’hébergement à l’hôtel, les repas, la location d’un autre véhicule, le transport de vos effets personnels, la récupération du VR par une tierce personne, etc.


  • Garantie additionnelle de rapatriement


Cette option s’adresse surtout à ceux qui voyagent en caravane. Elle permet de parer à deux éventualités :


a) le véhicule remorqueur subit un dommage ou est volé (alors que la caravane est indemne)


b) le conducteur est dans l’incapacité de prendre la route en raison d’un problème médical ou autre.


Avec la garantie additionnelle de rapatriement, vous seriez indemnisé et pourriez louer un autre véhicule remorqueur ou payer quelqu’un pour ramener votre caravane à la maison.


  • Service d’assistance routière



Ce type d’option peut être stratégique pour les personnes qui ne connaissent rien à la mécanique et qui font une crise d’urticaire rien qu’à l’idée de devoir changer un pneu. L’avenant couvre généralement le remorquage, les changements de roue, la livraison d’essence en cas de panne, le survoltage de la batterie et le déverrouillage des portières.


  • Indemnisation sans dépréciation


La clause « valeur à neuf » est également disponible pour les véhicules récréatifs. Alors si votre VR est neuf ou presque — cette option est souvent réservée aux véhicules de 5 ans ou moins— vous pourriez l’ajouter pour obtenir une indemnisation qui ne tient pas compte de la dépréciation. En cas de pertes partielles, l’assureur remplacera les pièces non réparables par des neuves. En cas de perte totale, le montant de l’indemnité correspondra au plus petit de ces deux montants :


a) le prix que vous avez payé lors de l’achat du VR — et certaines compagnies ajoutent un pourcentage d’indexation annuelle;


b) le prix — au jour du sinistre — d’un VR neuf ayant les caractéristiques, équipements et accessoires équivalents à ceux du véhicule assuré.


  • Couverture pour la période d’entreposage


Il ne faut pas oublier la période de l’année pendant laquelle votre VR est entreposé. Il peut arriver un paquet de problèmes, surtout si le véhicule est entreposé loin de chez vous. Vérifiez que votre police couvre bien cette période et le genre de bris qui peut survenir : infiltration d’eau, toit défoncé par le poids de la neige, vandalisme, incendie, etc.


EN TERMINANT


Le coût de votre assurance VR dépendra de vos choix d’avenants qui eux, seront modulés par vos besoins, votre tolérance au risque… et la profondeur de votre portefeuille. Et comme pour tous les contrats d’assurance, leur coût dépend également de votre lieu de résidence, votre âge et sexe, le type et la valeur marchande de votre VR ainsi que la qualité de votre dossier de conduite.


Sachez qu’en cas de réclamation, les franchises sont généralement plus élevées que dans le cas des assurances automobiles. En plus, les assureurs accordent rarement un crédit pour remisage ou non-utilisation. Même si une autre assurance prend le relais. On s’en est rendu compte lors de notre dernier voyage au Mexique. Il a fallu continuer de payer notre assurance du Québec pour la roulotte même si elle ne nous couvrait pas. Pour la voiture, on avait été en mesure d’obtenir un remboursement. Si vous louez votre VR via une plateforme comme RVezy : même si l’assurance de RVezy couvre votre VR durant la période de location, vous devrez quand même continuer de payer la vôtre.



Ça fait beaucoup de choses à considérer et c’est pourquoi il ne faut pas attendre à la dernière minute avant de faire ses démarches pour renouveler. Prenez le temps de réviser rigoureusement votre police actuelle et tous ses avenants. Allez ensuite magasiner sur le Web, étudiez l’offre de plusieurs assureurs et demandez au moins trois soumissions. Certaines compagnies offrent des rabais, des remises ou des « packages » qui peuvent tomber pile!


Il y a aussi des courtiers qui font le magasinage pour vous, comme ceux de notre partenaire, Assurancia. Travailler avec un courtier n’a pas que des avantages au moment du choix de l’assureur; c’est aussi un allié et un facilitateur quand vient le temps de faire une réclamation : un avantage hyper important quand on est en voyage.


LES ASSURANCES VOYAGES EN TEMPS DE COVID


Magasiner son assurance voyages n’a jamais été aussi important. Au début de la pandémie, aucun assureur ne couvrait les soins associés à la COVID-19. Je me souviens très bien du moment, en mars 2020, quand j’ai reçu un courriel de notre assureur qui nous avisait qu’on avait une semaine pour sortir du Mexique. Après cette date, on perdait notre couverture.


Depuis, les choses ont changé, les assureurs se sont adaptés et ils ont développé des produits pour couvrir le risque lié à la COVID-19, que ce soit les médicaments, les soins reçus dans une clinique ou un hôpital ou encore les frais encourus en raison d’une quarantaine ou d’une situation d’urgence comme la fermeture des frontières ou l’annulation d’un vol.


D’abord, il faut savoir que les stratégies des assureurs se fondent sur les avis gouvernementaux l’égard des voyages à l’étranger. Tous les pays du monde sont catégorisés de façon à informer les Canadiens des risques qu’ils encourent. À cause de la COVID, tous les pays sont classés dans l’un ou l’autre des deux grades suivants : éviter tout voyage non essentiel ou éviter tout voyage. Les États-Unis et le Mexique sont dans le groupe des pays où les voyages non essentiels ne sont pas recommandés.


Évidemment, tout ça donne des munitions aux compagnies d’assurances. Et ça donne aussi un très grand éventail de choix, d’options, de couvertures, de clauses limitatives et, bien entendu, une hausse significative des primes.


Certains assureurs traitent la Covid comme une autre maladie, et ont ajusté les limitations et rimes en conséquence alors que d’autres ont développé des couvertures spécifiques, adaptées et complètes. Il y a de très grandes différences d’une compagnie à l’autre. Je vous recommande donc de prendre le temps de magasiner votre police et de lire très attentivement toutes les clauses et les « petits caractères ». Voici une liste des choses qui doivent retenir votre attention :


• La première chose à clarifier c’est : est-ce que les soins liés à la Covid sont couverts et, si oui, y a-t-il des limitations? En temps normal, les assureurs offrent une couverture de 3 à 5 millions de dollars (CAN) pour les soins de santé d’urgence à l’étranger. Mais pour la COVID, la plupart des assureurs limitent cette couverture à 200 000 $ ou 300 000 $. Sachant qu’une journée aux soins intensifs d’un hôpital américain peut facilement coûter 25 000 $ US par jour, votre assureur pourrait ne pas couvrir la totalité de la facture. Et la RAMQ non plus.


• Est-ce que le pays est couvert? Il ne devrait pas y avoir de problèmes si vous pensez aller aux États-Unis, mais vérifiez attentivement si vous désirez vous rendre au Mexique ou dans un pays d’Amérique Centrale ou du Sud.


• Y a-t-il une durée maximale aux séjours? Certains assureurs ne couvrent pas les voyages de plus de 21 jours.