top of page

La Mauricie en VR - La route panoramique 155

Avec la popularité grandissante de la Vanlife, c’est de plus en plus rare de dénicher un endroit magnifique où nous avons la chance de camper seuls avec la nature. La bonne nouvelle, c’est qu’il existe encore plein d’endroits moins connus au Québec où nous pouvons camper pour vraiment pas cher ou même gratuitement au bord d’un lac, d’une rivière ou en forêt.


Route panoramique 155 en Mauricie
Route panoramique 155 en Mauricie

Pour notre premier roadtrip en Mauricie, on a eu l’idée de prendre une route dont on ignorait même l’existence avant de partir. La route 155 qui relie la Mauricie et le Saguenay–Lac-Saint-Jean. Une route magnifique d’environ 300km qui longe la rivière Saint-Maurice et qui débute à Trois Rivières. C’est justement ici qu’on a débuté notre aventure.



On a quitté notre condo à Québec par l’autoroute 40 en direction de Trois-Rivières. Question de changer le mal de place, au lieu de rester sur la 40 tout le long, on a bifurqué pour emprunter le Chemin du Roy à partir de Sainte-Anne-de-La-Pérade. En arrivant dans le village, on est accueilli par la magnifique église du village qui nous attend à notre sortie du pont qui traverse la rivière Sainte-Anne. On s’est arrêté au Café & Gîte de la Tour pour le dîner. La maison de style victorienne construite en 1917 est un incontournable dans le village. Même si la terrasse est très invitante, prenez le temps d’entrer à l’intérieur pour découvrir les nombreuses antiquités et la décoration d’époque. C’est vraiment un bel endroit! Autant pour dîner que pour aller prendre une bière au bar le soir. Le burger de pulled pork était succulent!



Après notre repas, on est allé se dégourdir les jambes au Parc de la Rivière Batiscan. Sur place, on peut faire une multitude d’activités de plein air : vélo de montagne, pêche, via ferrata, Tyrolienne, parcours dans les arbres et randonnée. Les sentiers sont très bien aménagés et il y a de magnifiques points de vue sur la rivière. En regardant la carte des sentiers, notre attention a été captée par le sentier qui mène aux marmites.


Le sentier longe la rivière et nous dirige vers quelques formations rocheuses vraiment particulières. L’érosion a créé une sorte de trou qui ressemble étrangement à une marmite. On en retrouve quelques-unes le long du sentier.Le parc possède également un très beau camping pour ceux qui veulent profiter de la vaste gamme d’activités offertes sur place.



On a poursuivi notre route en rejoignant à nouveau le Chemin du Roy en direction de Trois-Rivières. La route est vraiment plus agréable que le passage rapide par l’autoroute 40. On longe le fleuve en passant à travers les différents villages. On ne se rend pas compte qu’on roule tellement on est divertis tout le long. Sans nous en rendre compte, on arrivait directement au centre-ville de Trois-Rivières.



Mon frère a habité pendant quelques années à Trois Rivières et nous avait chaudement recommandé le resto Le Temps d’une Pinte. On a l’habitude des soupers dans les microbrasseries, mais ici on a affaire à un menu beaucoup plus élaboré qu’on a l’habitude de voir dans ce type d’établissement. Nos plats étaient incroyablement bons et la bière était tout autant bonne! J’ai opté pour le risotto de crevettes et pétoncles, Valérie a opté pour un parmentier, un genre de pâté chinois avec de la palette de bœuf fumée et purée de patates douces. On s’est bien régalé!



Question de prendre une bonne douche et d’être bien prêt pour le roadtrip qui nous attendait le lendemain, on a passé la nuit à l’Hôtel Delta Trois-Rivières. À quelques pas du boulevard des Forges, il est parfaitement situé pour profiter de la ville et il y a un grand stationnement pour y laisser notre campeur en toute sécurité. En plus, l’hôtel est dog friendly au grand bonheur de Monsieur Bond!



Le début de l’aventure sur la 155

À partir d’ici, c’est du nouveau pour nous! On a donc pris soin d’arrêter un peu partout le long de la route pour découvrir ce beau coin de la province. Le premier arrêt, c’est Shawinigan, la cité de l’énergie. Elle porte bien son nom, dès qu’on arrive près du centre-ville, on peut voir le barrage hydro-électrique et la grande tour d’observation.


On est allé marcher sur la longue promenade Saint-Maurice qui se termine dans le parc du même nom. Un immense parc qui a été aménagé par la même société qui a aménagé Central Park à New York ainsi que le parc du Mont-Royal. Pour dîner, l’incontournable c’est sans aucun doute la fameuse roulotte à patate Beauparlant! On peut facilement comprendre l’engouement des gens pour ce casse-croute mobile directement au centre-ville de Shawinigan.



Un peu plus loin sur la 155, on a littéralement découvert un bijou! Aire Nature Grand Piles est un centre de plein air qui offre plusieurs activités et quelques emplacements de camping. Notre emplacement était un des plus beaux qu’on a eu l’occasion de camper. En pleine forêt au bord du lac Clair! Les spots sont très espacés, ce qui nous donne l’impression d’être complètement seuls. Il n’y a pas de services, mais on a accès à une toilette et on peut louer des embarcations pour explorer le lac derrière notre camping. On a profité du cadre magnifique pour se faire un bon repas avec les produits locaux qu’on a ramassé dans la région. La saucisse et la viande fumée du Rieur Sanglier, le délicieux fromage Baluchon de la Fromagerie l’Ancêtre et de bonnes bières de la Brasserie Dépareillée.



En arrivant à La Tuque, ne manquez pas la chute de la Petite-Rivière Bostonnais. Du haut de ses 35m de dénivelé, il s’agit d’une des plus hautes chutes au Québec. Le parc est magnifique et c’est l’endroit idéal pour se dégourdir les jambes après un peu de route. On peut en apprendre plus sur les activités de drave qui ont eu lieu sur le site des années 1830 à 1960. On peut grimper la tour d’observation pour découvrir un point de vue sur toute la région et la rivière Saint-Maurice en arrière-plan.



Une grande nouveauté en Mauricie cette année, Méandre avec la bientôt très populaire descente de la rivière Croche. Ce sera assurément un gros hit cet été! À partir de la maison de nos hôtes, on part à bord d’un canot, d’un kayak, d’un paddleboard ou bien d’un tube (lorsque la température le permet) et on se laisse emporter par le courant de la rivière. Tout ce qu’on a à faire, c’est de manœuvrer à travers les nombreux virages le long du cours d’eau qui porte son nom à merveille.


À partir du site, on peut emprunter les sentiers de la pourvoirie juste en face pour faire de la randonnée ou bien du gravel bike. Il y a plus d’une 50aines de kilomètre de sentiers à parcourir. Des bouts en forêt et d’autres le long de la rivière.

Ils ont également quelques emplacements de camping et bientôt ils offriront des cocodômes en bois et une microcabine pour passer la nuit. De notre côté, on a bien aimé notre grand emplacement aménagé avec soin. Table de pique-nique et bois pour se faire un feu en soirée.



Il nous restait ensuite environ 2h de route à faire avant de rejoindre le Lac St-Jean. L’arrivée au lac par la 155 est spectaculaire. En arrivant à Chambord, on monte une dernière côte et on aperçoit déjà l’immense Lac St-Jean qui se dessine en arrière-plan. On a été charmé par ce roadtrip qui nous a permis de découvrir une belle région qu’on ne connaissait pas.


_______

En collaboration avec Tourisme Mauricie



1 399 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page