ESCAPADE D’HIVER EN OUTAOUAIS


Au milieu du mois de janvier, on a passé trois jours dehors, avec les joues rouges et le cœur léger, dans la belle région de l’Outaouais, un coin du Québec dont on ne parle pas assez, selon moi. L’Outaouais, c’est bien sûr la grande ville d’Ottawa-Gatineau, le Casino du Lac-Leamy, les bons restaurants et les musées. Mais l’Outaouais que Vale et moi préférons, c’est celle des forêts et des lacs qui composent le vaste terrain de jeu qui s’étend au nord et à l’ouest de la région. C’est assurément un des plus beaux coins du Québec, où le terme « grande nature » prend tout son sens.



700 livres de puissance


La première étape de notre escapade était dans le secteur d’Otter Lake, un petit village tranquille entouré de lacs sur la route 301, à 75 minutes de Gatineau. Notre destination nous excitait tous les deux : on s’en allait faire une excursion en traîneau à chiens chez Escapade Huskimo. Ça commençait fort!



Escapade Huskimo, c’est une formidable entreprise familiale qui offre l’expérience de la conduite d’un traîneau à chiens. Vous avez bien lu, ce n’est pas une petite sortie « pépère », enfouis sous une couverture à se faire tirer : on conduit le traîneau!


On est arrivés vers la fin de l’après-midi. Ça nous a permis d’aller finaliser notre inscription au Lodge Escapade Huskimo , la petite auberge de la propriété. C’est très intime, il n’y a que trois chambres. C’est moderne, luxueux et très bien équipé : cuisine partagée, salon avec foyer et sous-sol avec salle de jeux et spa.



Notre activité était réservée pour le lendemain. On a donc profité des dernières heures de clarté pour visiter les installations et aller voir les superbes huskies! Vous savez combien on aime les chiens. Ceux-là sont vraiment adorables, ils sont enjoués, se laissent caresser et profitent de toutes les occasions pour nous donner une grosse dose d’amour à leur façon, c’est-à-dire en nous laissant une marée de bave sur le visage.



On a assisté à l’activité « sprint » : une séance de « course » en mode full pin. C’était vraiment très spectaculaire : 700 livres de puissance attelées au traîneau qui glisse dans la neige folle sous les commandes du musher, le meneur de chien. Wow!


Après avoir aidé à nourrir les chiens avec de gros blocs de viande congelée, on est rentrés à la chaleur du Lodge pour savourer un excellent repas que les propriétaires avaient commandé d’un restaurant de la région, L’Huile d’Olive. Il ne nous restait qu’à réchauffer les plats et à les savourer. Un repas mémorable : potage au brocoli, émincé de poulet avec sauce au Jack Daniel’s pour moi et filet de porc avec sauce au sirop d’érable et whisky pour Vale. Je ne sais pas pour vous, mais manger un repas gastronomique concocté par un chef quand on est en pleine nature et loin de tout… on dirait que c’est encore meilleur.



Le lendemain, c’était une vraie journée d’hiver. Il faisait froid et il neigeait — on prévoyait 40 centimètres : le set up parfait pour notre excursion de 15 km. On était fébrile. Le musher a commencé par nous donner une petite formation : comment atteler les chiens, la liste des commandes vocales et comment se comporter sur les patins du traîneau. Quand ça monte ou quand la neige est fraîche comme ce jour-là, il faut parfois aider les chiens en poussant d’un pied, comme en skate. À l’inverse, dans les pentes descendantes, c’est bon d’appuyer sur le frein pour ralentir le traîneau et faire en sorte qu’il ne « rattrape » pas les huskies.



C’était formidable, c’était inoubliable. J’ai conduit l’attelage durant la première moitié du parcours et Vale a pris les commandes pour la deuxième. Celui qui ne conduisait pas prenait place dans le traîneau. Le musher ouvrait la marche en motoneige. Quelle belle activité! L’itinéraire chemine dans le bois et ce jour-là, avec la neige qui tombait, le paysage était féerique. C’était sportif, c’était spectaculaire, c’était trippant.


Mais le plus beau dans tout ça, c’était d’entendre et de voir le plaisir qu’avaient ces sept adorables et courageux huskies. Les deux chiens de tête, Vega et Porto, avaient l’air d’avoir une réserve inépuisable d’énergie. D’ailleurs, le musher attèle toujours ces deux-là en dernier parce qu’ils sont tellement excités et impatients qu’au moment où ils sont attachés, ça motive les cinq autres chiens et ça décolle! Kinook, un des deux chiens de l’arrière, était trop drôle. Dans les pentes, il n’arrêtait pas de nous regarder avec l’air de dire : « Allez! poussez donc, maudits paresseux! ».


Les quinze kilomètres ont passé vraiment trop vite! Mais bon, mine de rien, avec la formation et les préparatifs de la randonnée, il s’était passé trois bonnes heures et on devait reprendre la route pour la deuxième étape de notre séjour : une séance en pleine nature, seuls au fond des bois.


Le chalet Ruthledge


Être seuls au fond des bois ne veut pas dire « être dans la misère » au fond des bois! On avait une réservation au chalet Le Ruthledge, dans la municipalité de La Pêche, au sud d’Otter Lake. L’idée, c’était de s’offrir une soirée en amoureux, loin de tout, mais avec les avantages d’un endroit luxueux pour se donner un petit répit du LOKI, qu’on adore, mais qui reste quand même un peu spartiate.



Déjà, au premier coup d’œil, on a été époustouflés. Le Ruthledge est un superbe chalet de trois étages en bois « pièce sur pièce » construit sur un promontoire devant un superbe lac. Un design rustique et moderne à la fois. Ça me rappelait notre première maison. Ceux qui ont lu notre livre savent de quoi je parle : la maison dans la basse-ville de Québec qu’on a rénovée de A à Z. Elle était « pièce sur pièce » elle aussi.



Le chalet se trouve sur un terrain de 4 acres avec 860 pieds de façade sur le lac Ruthledge. C’est un endroit très peu fréquenté, donc tranquille et en plein nature. Idéal pour faire des randonnées pédestres, de la raquette, du kayak, du canot ou tout simplement se reposer.


Il y quatre chambres qui peuvent accueillir six personnes. L’aire de vie du rez-de-chaussée est spectaculaire avec ses poutres de bois au plafond. Il y a une grande cuisine moderne avec un gigantesque îlot et une salle à manger devant les fenêtres donnant sur le lac. À côté, un salon bien meublé et confortable. Tout simplement splendide!


Rapidement, je suis ressorti pour aller faire une petite réserve de bûches. Au milieu de l’aire de vie, il y avait un foyer, style poêle à bois. On n’avait pas vraiment besoin de l’utiliser — le chalet est chauffé par un système de plancher radiant — mais on voulait quand même avoir l’atmosphère enveloppante du feu pendant qu’on préparait notre repas en sirotant le bon petit Ruffino qui nous a été offert par Marie-France et Desmond, les propriétaires du chalet : un succulent « terre et mer » de crevettes et bœuf que j’ai fait cuire sur le barbecue mis à notre disposition sur la terrasse du Ruthledge. Un festin. Et la soirée qui a suivi, tranquille, reposante et inspirante. On a parlé de nos voyages et de nos projets pour le reste de la saison de PRÊTS pour la route. Et ça promet! C’est tout ce que je peux vous dire pour l’instant.


Après deux longues douches d’eau chaude — la salle de bain est tout aussi époustouflante —, on s’est endormis au milieu du silence que la forêt nous offrait. Huit heures d’un parfait sommeil.



Le lendemain matin, le ciel était dégagé, du bleu unique et cristallin des ciels d’hiver au Québec. Le soleil brillait sur la neige fraîche qui avait recouvert le lac. On a pris notre déjeuner devant ce spectacle-là. C’était tellement beau.


Quelques heures plus tard, on a repris la route, relaxes et détendus, encore sous l’effet calmant du Ruthledge. On a dû s’étirer et se dégourdir bien comme il faut, parce que l’activité du jour était sportive et… absolument dans mes cordes.


Patinage en forêt


Notre destination se trouvait à une dizaine de minutes à l’est du chalet Ruthledge, sur la route 366, dans la municipalité de Lac-des-Loups. L’endroit se nomme simplement : Patinage en forêt de Lac-des-Loups.



Ce sentier de glace existe depuis 2016. Il suit un très joli parcours en boucles sur trois kilomètres au milieu d’une belle forêt. Il faisait très froid, alors la glace était hyper dure et impeccable. Comme l’a dit Vale après le premier coup de patin, du pur bonheur! On a patiné pendant une ou deux heures sans se lasser. C’était tellement agréable de se promener sur un sentier glacé en pleine nature comme ça.



C’est une activité qui vaut assurément le déplacement, surtout en famille, car c’est gratuit pour les enfants de 5 ans et moins. Il y a un bloc sanitaire chauffé et un service de location de patins. Ce n’est pas très dispendieux, mais il faut réserver!


Un mini chalet… maxi cool.


Une heure de route plus tard, on est arrivés à la dernière étape de notre séjour, le chalet Pékan sur le superbe site d’Hom Mini Chalets à Val-des-Monts. Cette entreprise d’hôtellerie de plein air possède huit microchalets sur les rives du lac McGregor. Les petites habitations sont construites sur des pieux et sont surélevées, ce qui donne des vues splendides sur le lac et la forêt.



Contrairement au très rustique Ruthledge, les chalets Hom ont un design très moderne, autant à l’extérieur qu’à l’intérieur. Le décor est minimaliste et épuré, exactement dans nos goûts. Mais ça reste très chaleureux et, même si c’est petit — 650 pieds carrés —, c’est hyper fonctionnel. Il y a une chambre avec un très grand lit, une cuisine bien équipée avec comptoir-lunch et un salon devant un mur tout en fenêtres qui « ouvre » littéralement l’aire de vie sur le paysage.



On n’a pas eu besoin de cuisiner longtemps ce soir-là. Sur la route, on s’était arrêtés à la Maison Melda pour s’acheter des plats cuisinés. On a mis tout ça dans le four et on a relaxé en attendant que ce soit prêt. J’ai allumé un feu dans le beau petit foyer. Vale était installée dans la chaise en osier accrochée au plafond. On a ouvert une bouteille de vin pour faire honneur au « pâté pas chinois » de la Maison Melda, un pur régal de porc effiloché et d’oignons caramélisés sous une épaisse couche de gratin dauphinois au gouda fumé. On mange vraiment trop bien en Outaouais.



On a terminé la soirée dans l’élément le plus cool du chalet : un spa, installé sur le balcon, avec la même vue imprenable sur le lac. La lune était particulièrement brillante. Sa lumière se réfléchissait sur la neige fraîche du lac. Quelle atmosphère de pure détente. On a jasé dans notre bulle chaude. Ce chalet nous a vraiment plu. J’ai même eu un coup de cœur particulier : il me semble que ce serait le type d’habitation idéal pour Vale et moi, quand on voudra avoir un pied à terre au Québec.


Il n’y avait pas de meilleure façon de terminer notre escapade en Outaouais. Quel merveilleux séjour pour les yeux, pour le ventre et pour le cœur. On a été reçus comme des rois partout. Tous les gens qu’on a rencontrés étaient souriants, accueillants, tous et toutes de vraies perles rares.


Outaouais, on t’adore! Et on a juste hâte de te revoir.


 

Des assurances pour tous vos besoins

Assurancia est le commanditaire du blogue PRÊTS pour la route! On vous invite à encourager les entreprises d'ici qui nous supportent dans nos aventures! Merci Assurancia!


 

511 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout