CONTRÔLER L’HUMIDITÉ ET LA CONDENSATION DANS VOTRE VR

Dernière mise à jour : 4 déc. 2021


Après quelques articles sur des destinations de rêve en Floride et en Californie qui, j’espère, vous ont inspiré et fait rêver, je vous propose cette semaine un sujet technique : comment contrôler l’humidité et la condensation dans votre véhicule récréatif.



Si vous possédez une caravane, un grand motorisé ou une van, vous savez de quoi je parle. Les fenêtres embuées, le plafond de la salle de bain qui perle après la douche, les coussins, oreillers et couvertures éternellement humides. Ce sont des problèmes qu’on rencontre au printemps, à l’automne et encore plus en hiver, quand les conditions sont fraîches, mais aussi en plein été, quand c’est hyper chaud ou après plusieurs journées consécutives de pluie.


Si on laisse l’humidité perdurer, on risque de voir la moisissure s’installer. Et ça, c’est évidemment très néfaste, autant pour la santé humaine que pour la durée de vie des matériaux et la valeur de votre VR. Parfois la moisissure n’est pas visible, elle peut se cacher à l’intérieur de vos mûrs ou sous le matelas.



Les bases


L’air est constitué de gaz (azote et oxygène surtout) ainsi que d’une quantité variable de vapeur d’eau. Cette quantité variable, c’est le fameux taux d’humidité relative. Pour l’être humain, on considère que c’est « sec » lorsque le taux se situe à moins de 35%. Entre 40% et 60%, c’est la zone de confort pour nos poumons et à plus de 60%, c’est un peu trop humide, c’est lourd et désagréable, surtout s’il fait chaud en plus.


Voici un élément important à retenir : à l’intérieur d’un espace donné, l’humidité relative varie en fonction de la température. Elle monte si la température descend et, inversement, diminue avec une hausse de la température. C’est parce que l’air chaud peut contenir plus de vapeur d’eau, donc le taux d’humidité relative est forcément plus faible. D’après mes recherches, on perd 3% d’humidité relative en augmentant la température de seulement 1 degré (Celsius).


Il faut aussi comprendre que les matériaux organiques comme les tissus, le cuir et le bois absorbent l’humidité. Ils sont hygroscopiques. En revanche, les matériaux minéraux comme le verre, la céramique et les métaux, eux, ne l’absorbent pas. Alors si l’air, chargé d’humidité, est plus chaud que les matériaux non organiques avec lesquels il entre en contact, il se forme des gouttelettes sur la surface. C’est la condensation. C’est le même phénomène qui se produit sur votre verre de bière bien froide.


Dans une petite caravane ou un classe B, ça ne prend vraiment pas grand-chose pour faire augmenter la quantité d’eau dans l’air: la simple chaleur dégagée par votre corps, l’utilisation de la douche, des serviettes humides, un imperméable détrempé sur le crochet, etc. La cuisson contribue aussi énormément au taux d’humidité : rien de pire qu’un sauté de légumes ou un chaudron d’eau bouillante pour saturer l’air en vapeur d’eau.


Il y a deux ensembles de solutions pour contrôler le niveau d’humidité à l’intérieur d’un VR. Des solutions pour l’été et d’autres, pour les périodes froides.


En dans les deux cas, la ventilation est l’élément clé. En aérant, on remplace l’air « pollué », chargé d’humidité et de CO2, avec de l’air neuf. Il faut donc s’organiser pour expulser l’air, mais aussi, pour le remplacer.


La ventilation


L’air chaud monte. Tout le monte sait ça. Et parce que l’air chaud peut contenir plus de vapeur d’eau que l’air froid, c’est logique de se débarrasser d’abord de l’air en hauteur, près du plafond. Je vous conseille donc de toujours positionner le ventilateur du plafond en mode en « exhaust », pour qu’il fonctionne de l’intérieur vers l’extérieur, et de l’utiliser le plus souvent possible.


Il y a plusieurs types de ventilateurs de toit. Vous connaissez sûrement le Fantastic Fan, qui se referme automatiquement lorsqu’il pleut. Très commode… sauf quand on veut faire sortir l’humidité galopante un jour de pluie!


Pour contrôler efficacement l’humidité de votre VR, je vous recommande fortement de vous équiper d’un ventilateur conçu de façon à fonctionner dans toutes des conditions météo. Le produit Maxxfan est excellent pour cela. Les grilles de sortie ne sont pas placées à l’horizontale directement sur le toit. Elles sont surélevées et à l’angle, vers le bas. Un design simple, au fond . Le ventilateur peut ainsi fonctionner même s’il pleut. Vous pourriez également installé un couvert par-dessus votre fan et désactiver le détecteur de pluie





Le volume d’air évacué par le ventilateur de plafond doit forcément être remplacé par le même volume d’air neuf. S’il n’y a pas d’autre ventilateur dans le VR, l’air entrera naturellement de façon passive, en passant par tous les orifices (et il y en a dans tous les types de VR).


Pour qu’il y ait équilibre entre les sorties et les entrées — et afin de ne pas faire « forcer » le ventilateur —, il faut que la surface globale des entrées soit similaire à celle de la sortie. Les petits trous et orifices ne suffiront probablement pas. Mieux vaut ouvrir les fenêtres. Et sachez qu’une grande ouverture sera plus efficace que plusieurs petites. De notre côté, on se contente d’entre-ouvrir une fenêtre et ça fait le travail.


Je sais, ça paraît vraiment contre-intuitif de ventiler, alors qu’on tente de chauffer le VR, mais je vous l’assure, c’est vraiment la clé. Autrement, vous allez vivre dans l’humidité et c’est très désagréable et dommageable pour votre véhicule.


Contrôler l’humidité lorsqu’il fait chaud à l’extérieur


En été, la façon la plus efficace pour réduire l’humidité, c’est de partir l’air conditionné. Ces appareils fonctionnent un peu comme un réfrigérateur avec un trio évaporateur-condensateur-compresseur qui permet d’extraire la chaleur. Pendant ce processus, l’air se condense et passe de l’état gazeux à liquide. Cette eau est éliminée à l’extérieur par le drain de l’appareil. Voilà pourquoi l’utilisation de la climatisation permet d’assécher l’air.



Évidemment, quand on est sur la route, on n’a pas toujours accès à l’électricité. Il faut alors se fier au ventilateur pour expulser le plus d’humidité possible et se discipliner à moins cuisiner à l’intérieur — et quand on le fait, laisser les couvercles sur les casseroles — à faire sécher les serviettes et le linge dehors et à actionner le ventilateur de la salle de bain au moment de la douche.


Contrôler l’humidité en conditions froides


Comme je l’ai dit précédemment, on diminue le taux d’humidité de l’air en le chauffant. L’hiver, on fait donc « une pierre, deux coups » parce qu’il faut chauffer le VR de toute façon. Certains systèmes sont plus efficaces, car chaque type d’appareil génère plus ou moins de vapeur d’eau.



Les pires options sont les petites fournaises portatives au propane. Elles ne coûtent pas cher et ne demandent aucune installation, mais, en revanche, ce procédé de combustion créé énormément d’humidité qui n’est pas nécessairement compensée par la chaleur générée. L’intérieur du VR devient rapidement chaud et collant. En plus, comme il y a une combustion à l’intérieur, il y a un risque d’intoxication au CO2, c’est donc très important de ventiler si vous chauffez avec ce type d’appareil.




Parce qu’il n’y a aucune combustion, la chaufferette électrique est la véritable championne pour réchauffer et assécher l’air. Quand on avait la Airstream, on s’en servait comme chauffage d’appoint, surtout quand il fallait rester au Québec jusqu’en novembre. J’utilisais ce modèle . Le grand désavantage de ce mode de chauffage reste son coût très élevé d’utilisation et, bien entendu, le fait qu’il faut avoir accès à l’alimentation électrique. Il faut également faire attention à ne pas surcharger le disjoncteur. De notre côté, on était à la limite avec 2 chaufferettes de 1000w et ça suffisait jusqu’à environ -5 degrés. Au-delà de -5, on devait absolument combiner avec la fournaise au propane. Voici une vidéo qui vous montre tout l’équipement qui était nécessaire à se chauffer et à contrôler l’humidité dans notre Airstream pendant les mois plus froids :




Les fournaises « ventilées », sur le principe des échangeurs d’air, sont nettement efficaces. Ce genre de système « aspire » l’air de l’extérieur, le réchauffe à l’aide d’un brûleur et le rejette à nouveau à l’extérieur. C’est seulement la chaleur créée dans le processus qui est transférée vers l’aire de vie à l’aide de ventilateurs.


La plupart des caravanes viennent avec ce genre d’appareil ventilé au propane. Mais il y a aussi des systèmes au diésel, comme la fournaise Webasto de notre LOKI.


Certains VR sont aussi équipés d’un système à fluide caloporteur comme les appareils Alde. La fournaise réchauffe un liquide — un mélange d’eau et de glycol — qui, lui, circule dans un système de tuyaux à travers les murs ou le plancher de la caravane. La chaleur générée n’est ni humide ni sèche. C’est un type de chauffage très performant qui permet de gérer facilement le taux d’humidité en combinaison avec une sortie d’air passive (comme le couvercle ou les trappes du ventilateur de toit).



Isolation


En situation hivernale — bien plus que durant l’été — la condensation peut représenter un enjeu important. Outre une ventilation efficace, la qualité de l’isolation thermique du VR peut faire une bonne différence, car l’isolant empêche les matériaux non organiques d’entrer en contact direct avec le froid.


Mais soyons honnêtes, c’est virtuellement impossible d’isoler un VR à 100%. Il y a toujours un pont thermique quelque part. La plus petite surface de métal exposée à l’air ambiant à l’intérieur du VR peut devenir une porte d’entrée pour le froid.


Par exemple, dans la première unité du LOKI qu’on teste actuellement, le produit isolant est fabriqué avec un composite synthétique à double densité. Il est hyper performant et son installation élimine les ponts thermiques ce qui permet d'empêcher le froid et l'humidité de pénétrer l'intérieur par le biais de la structure.


Fenêtres


Les fenêtres constituent le maillon faible en matière d’isolation et de gestion de la condensation d’un VR. D’abord, le verre ou le plexiglass sont des matériaux non organiques. Ils n’absorbent pas l’humidité. Ensuite, les fenêtres de la plupart des caravanes et motorisés sont minces et, osons le dire : cheap! C’est donc bien souvent une passoire pour l’air froid.


SI vous aimez camper quand il fait froid, et si avez le budget, investissez dans l’installation de fenêtres de qualité à double paroi. Ça peut faire toute la différence. En comparaison avec les fenêtres en verres simples de notre Airstream qui se ramassaient pleine de glace les matins d’hiver, celles en verre double de LOKI ne laissent que quelques goûtes d’eau le matin lorsque l’humidité est à son maximum dans le campeur. On arrive généralement à bien gérer le tout pour éviter le plus possible de condensation dans le bas des fenêtres. C’est également beaucoup plus facile de réchauffer l’intérieur quand l’air chaud ne s’échappe pas par les fenêtres de mauvaises qualités. Que ce soit en verre double ou en acrylique double, l’avantage de ce type de fenêtre, c’est de limité le contact entre l’air chaud du VR et l’air frais de l’extérieur ce qui crée la condensation sur la fenêtre. Si vous n’avez pas de fenêtres en vitrage double, vous pourriez installer une pellicule de plastique comme celle qu’on installe sur les vieilles fenêtres d’une maison pour réduire la perte de chaleur et l’humidité que la fenêtre va générer.


Sinon, j’aurais un truc assez simple pour éviter que les vitres soient tapissées de condensation à votre réveil le matin : ne refermez pas les stores ou les rideaux. Laissez les fenêtres profiter de l’air chauffé de votre VR en tout temps, même la nuit. Autrement l’humidité ne peut pas s’évacuer et reste coincé sur la fenêtre. Vous verrez rapidement de la moisissure apparaître si elle reste mouillée pendant plusieurs jours. Assurez-vous le matin de bien essuyer le tout pour éviter à tout prix la moisissure.



Déshumidificateur


Les déshumidificateurs sont des appareils qui aspirent l’air ambiant et qui transforment les vapeurs d’eau en gouttes liquides qui s’accumulent dans un réservoir. Il en existe des modèles portatifs qui peuvent être utilisés dans n’importe quel VR.



Ce type d’équipement est efficace pour diminuer le taux d’humidité dans l’air, mais il n’éliminera pas complètement la condensation. Et il doit être branché à l’électricité, donc peu utile en boondocking, mais c’est quand même un appareil qu’il est bon d’avoir dans son arsenal. En plus de la haute consommation électrique, le gros désavantage est sa taille et son poids. Il en existe des plus petits, mais généralement plus ils sont petits, moins ils sont efficaces.


Produits absorbants et autres


Il existe des produits qui absorbent l’humidité sur le marché. Mais la plupart sont conçus pour des espaces très exigus, comme un placard, un bac de rangement ou un tiroir. Et ils sont plus efficaces lorsque l’environnement est stable, sans élément générateur d’humidité. Le contraire d’un VR finalement.


En général, ils peuvent absorber l’équivalent de 10% et 40% de leur poids. Donc 1 kg de produit absorbera 400g (ou 400 ml) d’eau. Pour retirer l’humidité à l’intérieur d’un VR de la taille d’un classe B, il faudrait quelques kilos de ce genre de produit, chaque jour. Pas très économique ni écologique. Mais bon, ça peut quand même être une solution « chirurgicale » pour la salle de bain ou dans l’armoire sous le lavabo.


Malgré la croyance populaire, les chandelles n’aident pas, au contraire! La combustion génère des vapeurs d’eau. Et il faudrait un paquet de chandelles pour rehausser la température au point de réduire l’humidité. Rappelez-vous, il faut monter la température d’un degré Celsius pour faire descendre l’humidité de 3%. Avec des chandelles… ça pourrait être long!


Toutefois, la chandelle PRÊTS pour la route vous charmera par sa délicate odeur de feu de camp 😉.



En terminant, j’ai un autre outil à vous proposer : un hygromètre pour surveiller le taux d’humidité ambiante et vous aider à le maintenir à un niveau idéal, c’est-à-dire entre 40% et 60%. Quand je parle d’hygromètres, je ne veux pas dire les humidimètres professionnels qu’utilisent les concessionnaires pour débusquer les infiltrations d’eau. Ces appareils coûtent très cher.


Les hygromètres que je vous conseille ici se trouvent dans les mêmes rayons que les thermomètres dans les quincailleries, les grandes surfaces ainsi que sur Amazon. Un petit truc vraiment pas dispendieux, qui ne prend pas de place et qui vous donnera l’heure juste!


Je vous laisse là-dessus. Dans les commentaires, dites-moi si vous avez d’autres trucs pour contrôler l’humidité et la condensation dans votre VR.



 

Des assurances pour tous vos besoins

Assurancia est le commanditaire du blogue PRÊTS pour la route! On vous invite à encourager les entreprises d'ici qui nous supportent dans nos aventures! Merci Assurancia!


 

4 252 vues2 commentaires

Posts récents

Voir tout